Découvrir l’imprimante 3D professionnelle

La première question qui vient à l’esprit est : qu’est-ce qu’une imprimante 3D professionnelle ? En général il est question de processus simple qui implique des fichiers numériques en 3D issus de logiciels de CAO. En un langage compréhensible, il est question qu’une imprimante 3D professionnelle ait pour mission de recréer des pièces réelles. Ces dernières en général sont fonctionnelles.

Dans certains cas elles ne le sont pas. Mais le produit va en général répondre aux besoins des entreprises et interlocuteurs qui en ont fait la demande à l’exemple des entreprises industrielles.

Quelle imprimante 3D choisir ?

La question pour l’interlocuteur est donc quelle imprimante 3d professionnelle  lui convient le mieux ? Il est recommandé d’identifier en premier lieu les besoins spécifiques dans l’ensemble du processus. Cela comprend notamment le domaine de la conception à la fabrication. Une fois les besoins identifiés, cela va réduire le champ des recherches pour la meilleure technologie d’impression 3D. Et ce en prenant en compte les divers critères de performance demandés. L’interlocuteur doit comprendre que sur le marché actuel des imprimantes, les technologies ne sont pas les mêmes. Surtout pour ce qui est des imprimantes 3D à destination des professionnels. Ces dernières doivent avoir comme procédé de base, une impression par stéréolithographie ou SLA. Concernant ce dernier, il est question d’un principe de fonctionnement qui fait appel à un laser qui est redirigé par des miroirs montés sur des galvanomètres. C’est un excellent moyen pour pouvoir tracer sur une couche de résine liquide la forme du modèle qui doit être imprimé. Il est aussi question de l’impression DLP, c’est en fait une technologie d’impression 3D qui met en scène un projecteur pour fixer les photopolymères. La technologie dont il est question ici est semblable à celle de la SLA ou Stéréolithographie. C’est donc une méthode qui est considérée comme étant parfaite pour la confection de petites pièces d’utilisation finale. Il y a aussi l’impression MJP qui est également une technologie d’impression 3D qui utilise une lampe UV pour fixer les photopolymères par contre.

La question de la propriété des matériaux

Pour ce qui est des propriétés des matériaux, ce sont des caractéristiques qui permettent de sélectionner une bonne imprimante 3d professionnelle. Les interlocuteurs doivent comprendre que les technologies disposent de leurs forces et faiblesses dont il faut tenir compte au moment de la sélection. Les critères qu’il est possible de citer comprennent la résistance à la chaleur, la résistance mécanique, le visuel, la couleur, ou encore le fait de répondre à des normes médicales et ainsi de suite. Les interlocuteurs doivent comprendre que la précision et la répétabilité vont dépendre de plusieurs facteurs. Ces facteurs comprennent la taille de la pièce, le matériau, la géométrie, le post-traitement, l’orientation d’impression et ainsi de suite. Les interlocuteurs peuvent ainsi s’adresser à des experts pour ce qui est de les aider à définir leurs exigences en matière de précision des applications. Le volume d’impression est considéré comme une caractéristique importante à prendre en compte également. Il faut dire qu’un appareil doit être sélectionné selon la capacité de production de ce dernier. Et il est normal que le volume d’impression soit différent selon les modèles et technologies. En général, le volume A4 est le plus répandu. Toutefois, d’autres formats sont également répandus. La question de la vitesse est tout aussi importante. En effet, les modèles d’imprimantes 3D ont leurs vitesses propres, et celle-ci diffère du fichier à la pièce finie. Et ce en prenant en compte la préparation de la fabrication, la vitesse d’impression, le post-traitement requis et le temps de finition optionnel.

Les résultats d’une impression 3D

De nombreux interlocuteurs n’arrivent pas à appréhender le procédé de fabrication et l’étendue du champ d’application de l’impression 3D. L’impression 3D permet notamment d’afficher une technologie trentenaire dont le 1er brevet a été déposé en 1984. Et les industriels connaissent l’impression 3D sous le nom de fabrication additive ou fabrication par addition de couches. Il faut dire que l’impression 3D permet de faire un prototype. Pour explication, le prototype est le premier exemplaire d’un produit ou la version test qui permet de faire la vérification d’une conception et de la faisabilité de ce dernier avant toute production en série. À part le prototype, l’impression 3D est également connue pour la fabrication de maquettes. Mais également de l’outillage, des prothèses, des implants, des modèles chirurgicaux et ainsi de suite.